jeudi, février 22, 2024
banner
Accueil Animaux de compagnie Comment les chiens communiquent avec leurs maîtres ?

Comment les chiens communiquent avec leurs maîtres ?

0
Comment les chiens communiquent avec leurs maîtres ?

Les chiens évoluent à nos côtés depuis des dizaines de milliers d’années. Nous avons appris à communiquer ensemble, mais jusqu’à quel point ? Le partage d’information est-il devenu plus qu’un échange ?

 

Les chiens sont les premiers animaux à avoir été domestiqués par l’humain. Il y a, entre 15 000 et 40 000 ans, bien avant même l’agriculture, les chiens sont devenus les meilleurs amis de l’homme, notamment grâce à leur faculté de communiquer avec leur compagnon bipède. Au cours des âges et de la domestication, l’anatomie faciale des chiens aurait même changé spécifiquement pour permettre une meilleure communication avec l’être humain.

Si la communication est un échange d’informations, une compréhension mutuelle des signes et des règles est essentielle pour un échange réussi. Une communication qui va au-delà de la barrière des espèces est donc un évènement difficile. Le langage, au sens large, doit s’accorder avec les systèmes de communication potentiellement très différents.

La communication humaine, quelle que soit la culture de référence ou la langue pratiquée, se base sur des mécanismes qui facilitent le partage d’information et la rend la plus efficace et efficiente possible. Ainsi, elle utilise un historique de communication, qui fait référence à des échanges passés, et le principe du moindre effort pour aller droit au but.

Étant donné la sensibilité remarquable des chiens aux vocalisations, aux gestes et aux regards humains, le chercheur allemand Juliane Bräuer et son équipe ont voulu déterminer si les milliers d’années de co-évolution avaient amené les chiens à développer des principes de communication similaires.

Ils se sont intéressés à comment les chiens communiquent une information à leur maitre, en l’occurrence pour ‘montrer’ et attirer l’attention vers un objet que le maitre doit trouver. Ce qu’ils font avec brio dans l’étude.

Cependant l’historique d’une communication passée avec le chien ne semble pas influencer le succès de trouver l’objet ni l’effort du chien à essayer de communiquer. De même aucune preuve suggère que les chiens adhèrent au principe du moindre effort, car ils utilisent autant d’énergie dans des configurations spatiales faciles ou plus difficiles.

Par contre, les chiens semblent adapter leurs stratégies de communication pour être plus ou moins précis, selon les conditions spatiales. Mais ce choix peut amener à un échec. Cependant, plutôt qu’un manque de discernement, ces erreurs seraient le résultat de l’influence des propriétaires sur l’effort de leurs chiens.

Alors que les propriétaires ont toujours été traités comme des récepteurs passifs des signaux du chien, cette étude montre pour la première fois que les propriétaires peuvent influencer la précision de la communication de leur chien et plutôt de manière obstructive.

Si le chien cherche à communiquer, le comportement du propriétaire a tendance à le dérouter et accidentellement tromper leurs compagnons. Les propriétaires qui encouragent leur chien à montrer où le jouet est caché, augmentent l’effort de l’animal à communiquer mais en ce faisant, diminuent généralement leur précision et donc leur succès à communiquer. L’incitation augmente l’excitation des chiens, ce qui peut être contreproductif et les amener à montrer n’importe quelle direction.

Cette information pourrait avoir un impact sur l’éducation des chiens et l’influence du propriétaire dans l’apprentissage. Mieux comprendre le dialogue dans le couple ne fera que renforcer la solidité des liens qui peuvent se tisser entre un chien et son maître qui n’est pas sans conséquence.

Cela fait maintenant plusieurs années qui la science met en avant les effets bénéfiques chez l’humain du contact avec son compagnon à quatre pattes. Entre autres, la possession d’animaux de compagnie réduit le stress, abaisse la tension artérielle, aide à prévenir les maladies cardiaques, aide à lutter contre la dépression.

Si ces effets bénéfiques sur la santé peuvent être attribués à une activité physique plus importante, la relation avec l’animal n’est pas à délaisser. Une étude récente met notamment en évidence des avantages dans le développement socio-émotionnel pour les enfants d’âge préscolaire qu’implique la possession d’un chien.

En effet, les jeunes enfants avec des chiens ont moins de problèmes comportementaux avec leurs camarades et exhibent de meilleurs et plus nombreux comportements prosociaux. Un développement socio-émotionnel positif, même très tôt dans l’enfance, est associé à la présence d’un chien.

Avoir un chien, interagir et jouer avec lui, a donc des effets positifs pour l’humain et peut faciliter le développement socio-émotionnel des jeunes enfants. Que du bonheur !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici