lundi, avril 22, 2024
banner
Accueil Actualité La vie des abeilles à miel réduite par des pesticides

La vie des abeilles à miel réduite par des pesticides

0
La vie des abeilles à miel réduite par des pesticides

Pourtant développés dans l’optique de d’épargner les abeilles, deux pesticides interdits en France depuis janvier 2020, mais largement utilisés ailleurs, induisent un stress physiologique chez les abeilles à miel qui raccourcit leur vie.

 

Dans une nouvelle étude, des chercheurs américains de l’Oregon State University ont mis à jour des effets néfastes de deux pesticides utilisés dans le commerce, le Transform et le Sivanto, qui pourtant ont été développés dans l’optique d’être moins dangereux pour la santé des abeilles.

Selon les chercheurs, il s’agit de la première étude qui étudie les effets sublétaux, c’est-à-dire qui ne provoquent pas une mort directe mais qui induisent un stress physiologique assez important pour raccourcir la vie, du sulfoxaflor, l’ingrédient actif de Transform, et de la flupyradifurone, l’ingrédient actif de Sivanto.

Couplés à d’autres facteurs de stress, comme de potentiels prédateurs, virus ou une mauvaise alimentation, les pesticides peuvent neutraliser les abeilles et provoquer leur mort prématurée.

Et pour le pesticide Transform, la vie des abeilles est considérablement raccourcie. Elles meurent en grande majorité dans les six heures suivant une exposition directe qui correspond aux taux d’utilisation recommandés sur l’étiquette.

Une exposition à Sivanto n’est pas directement mortelle pour les abeilles mais elle réduit la survie du pollinisateur. Le produit provoque une augmentation du stress oxydatif et de l’apoptose dans les tissus des abeilles, ce qui a pour conséquence une mort prématurée qui n’est pas sans conséquence.

La durée de vie moyenne d’une abeille à miel est de 5 à 6 semaines. Si celle-ci est réduite à 10 jours, cela a de nombreuses conséquences pour la colonie mais également pour l’environnement qui dépend de ce pollinisateur crucial.

Les auteurs de l’étude incitent à une étude plus approfondie des effets sublétaux d’une exposition chronique aux pesticides sur les colonies d’abeilles. Ils préconisent également que ces retombées soient mises clairement en évidence sur les produits afin de permettre une utilisation éclairée, en connaissance de cause.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici