mercredi, avril 24, 2024
banner
Accueil Pharmacie Loque américaine : vers un vaccin pour protéger les abeilles

Loque américaine : vers un vaccin pour protéger les abeilles

3
Loque américaine : vers un vaccin pour protéger les abeilles

Une étude d’efficacité montre que les abeilles nées de reines vaccinées contre la loque américaine sont plus résistantes que celles issues de ruches dont la reine n’est pas vaccinée. Cette vaccination réduirait le risque d’infection des larves d’abeilles par la bactérie de 30 à 50 %. Il s’agit du premier essai randomisé d’un vaccin destiné à des insectes et constitue un tournant dans la gestion des maladies chez les abeilles.

 

Selon les estimations, la moitié des colonies d’abeilles mellifères dans le monde sont infectées par la bactérie Paenibacillus larvae, vecteur de la loque américaine. La vaccination des reines réduirait le risque de mortalité dû à cette maladie. Un nouveau vaccin inoculé par voie orale permettrait d’assurer une immunisation transgénérationnelle, augmentant ainsi la résistance des abeilles exposées aux spores de la bactérie. Il suffit de mélanger ce vaccin à la nourriture fournie à la nouvelle reine avant de l’introduire dans la ruche. Le vaccin est ensuite concentré dans le corps gras de l’abeille, l’organe de stockage chez les insectes. Le contenu vaccinal se lie ensuite aux protéines impliquées dans l’apport nutritif aux embryons qui le transmettent aux ovules.

 

La lutte contre la loque américaine actuelle

Aujourd’hui, les apiculteurs n’ont d’autre choix, pour éradiquer cette maladie à déclaration obligatoire, que de brûler les ruchers, le miel, les outils et tout ce qui est en contact avec les ruches infectées, dès les premières manifestations cliniques. Une quarantaine peut compléter cet arsenal. Mais tout cela affecte la production de miel et la résistance des colonies. L’administration prophylactique d’antibiotiques n’est plus autorisée dans une grande partie du monde, en raison de son inefficacité et du risque d’antibiorésistance.

Dans ce contexte, le nouveau vaccin inactivé pourrait constituer une solution thérapeutique durable et non chimique pour prévenir la loque américaine et réduire les pertes de colonies, en induisant une protection chez les larves de la génération suivante. Des essais d’efficacité à grande échelle seront toutefois nécessaires pour déterminer les effets globaux de la vaccination orale des abeilles sur la santé des colonies. Mais d’ores et déjà, la réponse immunitaire innée chez les insectes apparaît suffisante pour réduire significativement le nombre de spores virulentes et la sensibilité à l’infection des abeilles.

 

Une maladie bactérienne très contagieuse

Les couvains d’abeilles sont infectés par les spores de la bactérie Paenibacillus larvae au cours des trois premiers jours après l’éclosion. Les spores infectieuses sont transportées et propagées dans toute la ruche par les ouvrières, puis à l’extérieur par les butineuses. La propagation se poursuit via le vol de miel par les abeilles d’autres ruchers, qui profitent de l’affaiblissement des colonies atteintes.

 

Pour en savoir plus

Qu’est-ce que la loque américaine ? La réponse de l’Anses

Reconnaître et contenir la loque américaine

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici