lundi, mai 27, 2024
banner
Accueil Sanitaire IAHP : quels sont les effets de l’influenza aviaire hautement pathogène sur les canidés ?

IAHP : quels sont les effets de l’influenza aviaire hautement pathogène sur les canidés ?

1
IAHP : quels sont les effets de l’influenza aviaire hautement pathogène sur les canidés ?

Le 29 mars 2022, une mortalité importante de corbeaux dans un jardin public de Sapporo au nord du Japon a interpelé les scientifiques, d’autant qu’un renard roux et un chien viverrin japonais en ont fait les frais. Que s’est-il passé ?

 

Les cas d’humains infectés par le virus IAHP H5N1 sont extrêmement rares. L’élimination systématique des troupeaux infectés a permis, pour le moment, de limiter les épidémies à travers le monde. Mais la surveillance 2021-2022 a révélé une diffusion sans précédent du virus dans l’avifaune sauvage quasiment sur tous les continents.

L’enquête épidémiologique et les examens microbiologiques des trois espèces ont permis d’établir qu’il était fort probable que le chien renard et le chien viverrin aient été infectés par le virus IAHP par contact avec les corbeaux malades, avec une nuance : les voies de contact ont été différentes, créant des effets de la maladie également différents chez les deux espèces de canidés impliquées.

L’analyse de ces virus IAHP a montré que les trois sources étaient en fin de compte étroitement liées les unes aux autres

Les corbeaux sont d’ailleurs plus sensibles à la souche actuelle, ce qui expliquerait le nombre de cas dans l’étude.

L’autopsie des canidés a révélé que le virus IAHP avait infecté leurs voies respiratoires supérieures mais également le cerveau du renard, ce que d’autres études avaient déjà mentionné.

Quant au chien viverrin, même s’il a survécu à l’infection aigüe, le virus a fortement endommagé ses yeux. L’étude des récepteurs cellulaires des virus de la grippe dans son système respiratoire suggère aussi que cette espèce pourrait assez à l’infection par le virus IAHP.

Une analyse plus approfondie a révélé que les virus des trois sources étaient étroitement liés les uns aux autres, bien qu’ils ne soient pas complètement identiques.

Dans ce cas au Japon, il est fort probable que H5N1 ait infecté un groupe de corbeaux provoquant une mortalité massive de ces oiseaux, avant de toucher le renard roux en consommant des cadavres de corbeaux. Pour ce qui est du chien viverrin, un contact étroit avec des cadavres aurait suffi à l’infecter.

A noter que plusieurs infections de mammifères carnivores sauvages sont répertoriées depuis plusieurs mois. Des cas de carnivores domestiques également.

De l’urgence de déployer une surveillance de la faune sauvage pour mieux identifier l’écologie du virus et les facteurs de risque de propagation dans la nature.

 

Actualité le 03 janvier 2023 : Un chat infecté par le virus de la grippe aviaire hautement pathogène A(H5N1) en France

ANSES: L’influenza aviaire en 6 questions

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici