samedi, mars 2, 2024
banner
Accueil Animaux de compagnie Bien-être : les chiens brachycéphales souffrent de plus de pathologies

Bien-être : les chiens brachycéphales souffrent de plus de pathologies

1
Bien-être : les chiens brachycéphales souffrent de plus de pathologies

Si les chiens à tête plate ou brachycéphales sont très populaires, ils souffrent souvent d’afflictions respiratoires oculaires, digestives et cutanées sérieuses qui s’accompagnent d’une qualité de vie dégradée et une espérance de vie très réduite. Une nouvelle étude vient appuyer ces faits et soutient les initiatives vétérinaires, les clubs de race et les organismes de bien-être animal qui invitent les propriétaires à réfléchir à deux fois avant de prendre un chien qui sera prédisposé à vivre malade.

 

La popularité des chiens brachycéphales comme les carlins, les bouledogues français comme anglais, mais aussi les chihuahuas, a grimpé en flèche ces dernières années. Et le confinement COVID-19 n’a pas aidé. De nombreux propriétaires, dans un élan de solitude, ont perçu ce moment comme idéale pour acheter l’une de ces races incontournables sur les réseaux sociaux, augmentant encore plus la demande pour les bouledogues français, par exemple, dont la hausse atteignait déjà 4 000 % depuis 2005.

Mais cette forte demande est d’autant plus paradoxale que les races de chiens à tête plate sont sujets à de nombreux problèmes de santé. Ils sont fortement prédisposés à développer une gamme de troubles intrinsèquement liés à leur physique qui s’accompagnent souvent d’une qualité de vie dégradée. Les chiens brachycéphales ont ainsi en moyenne une durée de vie réduite de 4,1 ans par rapport à leurs cousins au museau long.

Avec le bien-être des animaux à l’esprit, certains vétérinaires argumentent même que les chiens avec une brachycéphalie extrême comme les bouledogues et les carlins, soient écartés de la reproduction. A l’instar de leurs confrères en Norvège, en Suède, en Irlande et aux Pays-Bas, qui ont pris publiquement position contre la production de ces races hypertypées, les vétérinaires du Royaume-Uni souhaitent se faire entendre. Et maintenant, ils ont des données univoques sur lesquelles s’appuyer.

Jusqu’à présent, les données fiables concernant la santé globale des chiens brachycéphales comparés à leurs cousins étaient limitées. Chose rectifiée avec une nouvelle étude du Royal Veterinary College (RVC) qui a comparé 4 169 chiens brachycéphales avec 18 079 autres types de chiens. 

Résultat : parmi les 30 troubles les plus fréquents sur l’ensemble des chiens étudiés, 1/3 présentent une prédisposition différente selon la brachycéphalie des animaux. Sans surprise, les chiens brachycéphales sont 1,3 fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic d’au moins un trouble au cours d’une année.

Les chiens brachycéphales sont plus à risque de développer une ulcération de la cornée (x 8,4), un souffle cardiaque (x 3,5), une hernie ombilicale (x 3,2), une infection du pied (x 1,7), un kyste cutané (x 1,5), un déplacement de la rotule (x 1,4), une infection de l’oreille (x 1,3) et une obstruction du sac anal (x 1,2). En revanche, les animaux étaient moins sujets à un comportement indésirable (x 0,5) et aux blessures aux griffes (x 0,5).

D’après les vétérinaires, le seul moyen de réduire ces troubles chez les chiens brachycéphales est de changer ce qui les rend si particuliers et à la mode : leur apparence. Il devient crucial d’identifier les troubles à surveiller, de développer des traitements spécifiques à certaines races mais aussi d’anticiper ces problèmes en travaillant avec les éleveurs pour sélectionner et produire des chiots en meilleure santé.

Mais à l’heure actuelle, les morphotypes, encouragés par leur popularité, sont trop extrêmes à défaut de la santé des animaux. Il est important que le public prenne pleine conscience de leur rôle dans cette spirale de sélection de chiens nés malades et agisse. Le public doit soutenir les initiatives des vétérinaires, des universités, des clubs de race, et des associations caritatives, qui luttent pour le bien-être des animaux en voulant restreindre la demande pour ces chiens.

Il est parfaitement naturel d’aimer le caractère et l’apparence des races à tête plate, mais il faut également prendre en compte la santé et le bien-être de ces animaux. Malgré leur engouement, les propriétaires sont vivement encouragés à opter pour des races qui n’ont pas une tête plate.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici