lundi, juin 17, 2024
banner
Accueil Sanitaire Polluants éternels : chiens et chevaux comme sentinelles de l’exposition aux Pfas

Polluants éternels : chiens et chevaux comme sentinelles de l’exposition aux Pfas

1
Polluants éternels : chiens et chevaux comme sentinelles de l’exposition aux Pfas

L’université de Caroline du Nord a identifié des niveaux élevés de composés perfluoroalkylés et polyfluoroalkylés (Pfas) dans le sang des 31 chiens et 32 chevaux testés dans un État américain connu pour son haut niveau de pollution industrielle. Comme chez l’humain, la santé rénale et hépatique des animaux domestiques est susceptible d’être affectée par l’exposition à long terme aux Pfas.

 

Dans le cadre de la découverte d’une forte concentration de produits chimiques éternels dans les échantillons sanguins prélevés chez ces 63 animaux, il est apparu que les chiens présentaient des taux de contamination bien plus élevés que ceux des chevaux. Au total, 20 des 33 perfluoroalkylés et polyfluoroalkylés recherchés ont été détectés ! Tous les animaux avaient au moins une substance de cette famille dans le sang, et plus de la moitié d’entre eux présentaient au moins 12 des 20 types de Pfas recherchés. Ces chiens et chevaux vivant en Caroline du Nord étaient tous exposés à une eau potable contaminée. Mais même les prélèvements chez les chiens qui buvaient exclusivement de l’eau en bouteille contenaient 16 des 20 substances chimiques incriminées ! Cela confirme l’existence d’autres sources de contamination au sein des foyers, comme la poussière ou l’alimentation.

 

Cela fait de ces deux espèces animales des sentinelles pour la santé humaine, plus spécifiquement vis-à-vis du risque de maladies en lien avec l’environnement (cancer du rein ou des testicules, maladies de la thyroïde, etc.). Les biomarqueurs mis en évidence dans cette étude sont identiques aux indicateurs biologiques utilisés pour évaluer le dysfonctionnement du foie et des reins humains, des organes qui pâtissent le plus de la toxicité des Pfas chez l’homme. La santé rénale et hépatique des animaux domestiques est aussi sensible aux expositions à long terme aux Pfas. En outre, il a été remarqué que les échantillons canins contenaient des concentrations de Pfas similaires à celles relevées chez l’enfant, ce qui montre l’intérêt de surveiller ce taux chez le chien pour suivre l’impact des polluants au domicile.

 

Pour rappel, les Pfas persistent longtemps à la fois dans l’organisme et dans l’environnement. On les trouve aussi bien dans les rejets industriels que dans des mousses anti-incendie et divers produits ménagers. Encore un exemple de l’importance d’adopter une stratégie “Une seule santé” pour la prévention et le suivi des maladies liées à l’environnement.

 

Polluants éternels : chiens et chevaux comme sentinelles de l’exposition aux Pfas

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici