lundi, mai 27, 2024
banner
Accueil Équidés Morsure de cheval : après les pitbulls, les chevaux mordeurs ?

Morsure de cheval : après les pitbulls, les chevaux mordeurs ?

0
Morsure de cheval : après les pitbulls, les chevaux mordeurs ?

 

Suite à un cas de morsure de cheval sur un jeune enfant, le gouverneur du Connecticut  s’apprête à interdire de considérer les chevaux comme vicieux par nature.

 

Cette décision faite suite à une plainte déposée par la famille d’un enfant mordu alors qu’il caressait un cheval dans un pré en 2006. Si en première instance, le propriétaire du cheval n’a pas été inquiété, son cheval n’ayant pas été considéré comme naturellement « mordeur », la Cour suprême a rendu un arrêt différente, février 2012 : le cheval appartient à « une espèce naturellement enclin à faire mal et être vicieuse ».

 

Aussi, la nouvelle loi permettrait d’annuler ce type de procédure et ainsi protéger les propriétaires de chevaux, alors que l’arrêt de la Cour suprême ouvrait à une automatisation des recours contre l’ensemble de l’espèce équine, menaçant ainsi tout un pan de l’économie. Notamment, les polices d’assurances pourraient voir leur montant fortement augmenter.

Pire, si l’espèce était reconnue comme dangereuse, elle deviendrait non assurable et son utilisation anéantie : toutes les activités mettant l’animal en contact avec l’homme ne seraient plus possibles.

 

Les conséquences pour la suite ? Une fois la loi votée, les poursuites judiciaires futures devraient alors considérer l’animal exempt par nature de toute propension au vice. Cela obligerait le plaignant d’apporter la preuve du vice pour un individu donné.

 

Le Connecticut héberge quelque 50 000 chevaux portant une économie de plus de 317 millions de dollars.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici