jeudi, mai 30, 2024
banner
Accueil Animaux de compagnie Les chiens sont-ils capables de percevoir les préférences de leur maître ?

Les chiens sont-ils capables de percevoir les préférences de leur maître ?

0
Les chiens sont-ils capables de percevoir les préférences de leur maître ?

En s’inspirant d’études sur le développement cognitif et émotionnel chez les jeunes enfants, des chercheurs ont pu montrer que les expressions humaines de préférences peuvent être perçues et comprises par leurs compagnons à poils au point de guider leur concentration perceptuelle, mais pas leurs actions.

 

Les études sur le développement cognitif et émotionnel chez les animaux sont souvent confrontées à des défis similaires que ces mêmes études chez les jeunes enfants qui ne parlent pas encore. Des chercheurs se sont donc inspirés de travaux chez les nourrissons pour tester la capacité des chiens à utiliser les expressions émotionnelles des humains comme signal informatif.

L’idée est de voir si les chiens comprennent la subjectivité du désir, c’est-à-dire que leurs préférences ne sont pas forcément celles des autres. L’enfant de 18 mois va, par exemple, être capable de reconnaitre la préférence de l’adulte en face de lui et lui proposer cette option-là, alors qu’un enfant de 15 mois va avoir tendance à offrir à l’adulte ce que lui-même préfère. L’enfant de 18 mois a donc la capacité de déduire les préférences des autres et reconnaitre comment le désir peut être déduit des expressions émotionnelles.

Dans la continuité de ces travaux chez le nourrisson, des chercheurs ont voulu savoir si les comportements des chiens pouvaient être guidés par les préférences de leurs humains, même si ceux-ci contrastent avec leurs propres choix. D’autres études se sont déjà penchées sur la question mais pas dans un contexte de préférences contrastées et souvent avec une récompense derrière. Mais si les chiens sont effectivement capables de passer outre leurs propres intérêts, ils récupèrent l’objet qui plait à l’humain, même s’ils en préfèrent un autre et sans qu’ils ne reçoivent de récompense.

Dans un premier temps, les humains ont donc montré de l’intérêt pour un bracelet et du dégoût pour un jouet – préféré par le chien – grâce à des gestes du visage et du corps ainsi que des vocalisations. Quand il leurs est demandé d’aller chercher, sans guidage, tous les chiens reviennent avec le jouet, démontrant que leurs préférences sont prioritaires sur l’état émotionnel positif signalé par le propriétaire. Pour valider que la préférence de l’humain était bien reconnue par leurs compagnons à poils, les chercheurs ont prolongé leur étude.

Dans un deuxième temps donc, les objets ont été placé dans un endroit inaccessible. Les chiens font attention aux deux objets de manière égale quand l’état positif du propriétaire est en discordance avec leur avis (une préférence pour le bracelet). En revanche, lorsque le propriétaire est en accord avec eux (une préférence pour le jouet aussi), les chiens passent plus de temps à regarder le jouet.

Les chiens sont bien capables de percevoir et comprendre les préférences de leurs humains au point de guider leur concentration perceptive, cependant ce n’est pas assez important pour qu’ils dépassent leurs propres préférences pour un objet.

C’est la première fois qu’une étude observe le comportement canin dans une situation de préférence conflictuelle. Elle permet donc d’approfondir notre compréhension de la perception, de la cognition sociale et de la sensibilité aux expressions émotionnelles chez ces animaux.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici