jeudi, mai 30, 2024
banner
Accueil Équidés La Suisse interdit l’ hyperflexion du cheval tant à l’entraînement qu’en compétition

La Suisse interdit l’ hyperflexion du cheval tant à l’entraînement qu’en compétition

0
La Suisse interdit l’ hyperflexion du cheval tant à l’entraînement qu’en compétition

Les autorités helvétiques ont adopté une loi interdisant l’ hyperflexion suite à une proposition datant de 2008. Cette mesure adoptée en octobre 2013 est appliquée depuis le 1er janvier 2014.

L’article 21 de l‘Ordonnance sur la protection des Animaux indique qu’il est interdit de  » demander au cheval de maintenir sa tête et le cou en hyperflexion« . Le motif retenu est une définition qu’en fait la Fédération équestre internationale (FEI) : « une méthode de dressage compromettant le bien-être de l’animal ».

Dès lors, l’argument s’est centré sur le fait que cette méthode, courante en dressage, consiste à imposer au cheval, une position anormalement basse de la tête, soit en tirant fortement sur les rênes, soit via d’autres artifices, provoquant ainsi une hyperflexion de la tête et du cou et donc une tension excessive dans le dos.

Fini donc les chevaux « encapuchonnés » en Suisse ? Non pas forcément. Car des races, et même certains sujets d’autres races peuvent se mettre naturellement en hyperflexion sur des laps de temps courts. Rien d’illégal alors. L’esprit de la loi vise davantage la méthode utilisée pour aboutir à cette position que la position elle-même. Les autorités helvétiques souhaitent combattre les conséquences de tels exercices à répétition et sur plusieurs minutes. Une distinction déjà avancée il y a quatre ans par la FEI, différenciant les flexions avec ou sans force.

Cette nouvelle disposition suisse n’a donc rien de nouveau sur l’interdiction de l’ hyperflexion du cheval ; elle permet maintenant de qualifier l’acte en « cruauté envers les animaux ». Reste à connaître prochainement les peines encourues.

Enfin, cet article 21 vise également d’autres pratiques plus barbares que l’on retrouve parfois sous forme de « barrage » des chevaux à l’obstacle et déjà fortement condamnés par les fédérations sportives.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici