lundi, juillet 22, 2024
banner
Accueil Pharmacie Industries de santé : Jean-Marc Ayrault aux 4es Rencontres internationales de la recherche

Industries de santé : Jean-Marc Ayrault aux 4es Rencontres internationales de la recherche

1
Industries de santé : Jean-Marc Ayrault aux 4es Rencontres internationales de la recherche

Le Premier ministre confirme la continuité du Conseil stratégique des industries de santé, dans un contexte d’efforts financiers de la part de ces entreprises. 

 

Le 13 novembre dernier à Paris, devant une salle comble de décisionnaires, de chercheurs et de dirigeants de la santé, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, s’est adonné à un exercice de reconquête auprès des acteurs économiques, mis à mal ces dernières semaines par plusieurs annonces gouvernementales.

Il est intervenu dans le cadre des 4es Rencontres internationales de la recherche, organisées conjointement par l’Alliance pour la recherche et l’innovation des industries de santé (Ariis), dont le Syndicat de l’industrie du médicament vétérinaire (SIMV) est membre, et l’Alliance pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan), en partenariat avec l’Institut national du cancer (Inca).

Jean-Marc Ayrault
Jean-Marc Ayrault

Cette année, 28 industries de santé et 54 équipes académiques d’excellence en oncologie étaient présentes. Marc Prikazsky, p.-d.g de Ceva Santé animale, et Jean-Christophe Audonnet, directeur de recherche et alliances stratégiques chez Merial, ont notamment rencontré des équipes focalisées sur l’oncologie comparative, qui permet de développer de nouvelles thérapeutiques tant pour l’homme que pour l’animal. Un programme européen est en cours, soutenu par le SIMV.

 

300 000 emplois en France

Le gouvernement est également venu en force pour marteler son message de soutien et de confiance auprès de l’industrie pharmaceutique : Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, et Geneviève Fioraso, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche… Pas moins.

L’enjeu est important, l’industrie de la santé emploie plus de 300 000 personnes en France, avec un fort potentiel de création d’emplois.

Comme l’a rappelé Jean-Marc Ayrault, « il convient de veiller à maîtriser l’ensemble des dépenses de santé ». Son objectif ? Le retour à l’équilibre de l’assurance maladie, tout simplement. Or, pour 2013, quelque 20 milliards d’euros de déficitsont prévus pour la Sécurité sociale. L’industrie de la santé sera sollicitée, comme tous les autres secteurs, au nom du partage de l’effort de redressement entre les bénéficiaires du système.

Marisol Touraine et Geneviève Fioraso
Marisol Touraine et Geneviève Fioraso

 

L’innovation comme excellence française

  • D’où la volonté de l’Etat de mettre en place cet effort dans le cadre d’une politique conventionnelle, sous la responsabilité du Comité économique des produits de santé. Dans ce contexte, le Pacte national pour la compétitivité, la croissance et l’emploi est la première réponse du gouvernement : « Il s’agit de donner un signal fort aux entreprises qui font de la R&D, qui sont en croissance, qui innovent. » Conséquence ? 20 milliards d’euros de crédit d’impôt, mais surtout cinq dispositifs fiscaux pour ces entreprises. Une première voie pour relancer les capacités d’innovation en France, actuellement au 12erang mondial pour le dépôt de brevets. Le programme d’investissement français, qui s’élève à 35 milliards d’euros, consacrera 10% au secteur de la santé.

    Marisol Touraine
    Marisol Touraine
  • La seconde voie concerne la politique à mener pour les produits de santé, dont les médicaments : « Nous devons veiller au juste prix, au juste remboursement, au bon usage de ces produits tout en maintenant l’innovation dans ce secteur. » C’est l’équation mise en avant lors des rapports post-Médiator : une bonne balance coût-bénéfice !
  • La troisième voie, celle des partenariats public-privé (PPP), prévoit le soutien aux pôles de compétitivité, pour internationaliser davantage le travail et la performance des universités.
  • La quatrième voie est celle de la relance du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS). Thierry Tuot, conseiller d’Etat, est confirmé dans sa mission de coordination. Il a notamment déjà coordonné les Etats généraux de l’animal (“Animal et société”).

Enfin, pour faire suite à l’affaire Médiator, la nouvelle majorité gouvernementale confirme sa confiance envers l’industrie pharmaceutique, non sans rappeler que « le meilleur moyen pour rétablir la confiance des Français, c’est aussi d’en faire des acteurs du système de santé. C’est ce à quoi mon gouvernement s’appliquera dans le cadre de sa stratégie nationale de santé », conclut Jean-Marc Ayrault.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici