jeudi, février 22, 2024
banner
Accueil Pharmacie Certifect, le nouvel antiparasitaire externe de Merial

Certifect, le nouvel antiparasitaire externe de Merial

0
Certifect, le nouvel antiparasitaire externe de Merial

 

Merial lance un antiparasitaire externe pour chien, Certifect. Il permet la lutte intégrée contre les puces grâce au fipronil et au (S)-méthoprène et une efficacité inédite contre les tiques en associant une troisième molécule, l’amitraz. Cette dernière présente en faible dose potentialise l’effet du fipronil et permet d’obtenir rapidement une triple action contre les tiques : létale, prévention de l’attachement et détachement, pour une meilleure prévention des maladies transmises par les tiques.

Conserver les atouts de la lutte intégrée contre les puces en innovant dans la lutte contre les tiques, c’est le challenge qu’a voulu relever Merial. C’est chose faite avec le lancement de Certifect, un nouvel antiparasitaire externe en spot-on. S’il  bénéficie de molécules reconnues (fipronil et (S)- méthoprène), sa composition se voit complétée avec un acaricide bien connu, l’amitraz. La découverte de l’effet potentialisateur de l’amitraz sur le fipronil a permis au laboratoire d’élaborer ce nouvel antiparasitaire en spot-on avec une grande sécurité d’emploi.

 

L’amitraz, potentialisateur du fipronil

En effet, de faibles doses d’amitraz suffisent à potentialiser le fipronil et obtenir une protection contre les tiques pendant 5 semaines. Par exemple pour un chien de 15 kg, Certifect ne contient que 160 mg d’amitraz, « 3 fois moins qu’un autre spot-on disponible sur le marché. Ces faibles doses assurent une sécurité d’emploi, à la fois pour le chien traité et pour les chats vivant sous le même toit », souligne le laboratoire. Les tiques meurent plus rapidement, après avoir présenté des troubles de la motilité qui les empêchent d’avoir un comportement de fixation et d’engorgement normal. Deux heures après l’application, on peut déjà observer l’action létale, et l’élimination de toutes les tiques 24 heures après. Cet effet se cumule à un effet anti-fixation par la prévention d’attachement et le détachement par retrait des pièces buccales. La complémentarité de cette triple action est un atout pour prévenir les maladies transmises par les tiques au chien comme la borréliose, l’ehrlichiose, l’anaplasmose granulocytaire et la babésiose.

La période d’activité des tiques s’est modifiée en s’étendant de février à mars ©Merial

 

 

Une nouvelle répartition géographique des tiques en Europe

Certifect est efficace contre les 3 principales espèces de tiques en Europe :

Ixodes ricinus et Dermacentor reticulatus : endémiques sur tout le territoire sauf en Corse et sur une partie du pourtour méditerranéen.

Rhipicephalus sanguineus : endémiques dans le quart sud-est du pays mais avec une distribution qui s’étend progressivement vers le nord. Certaines études montrent que, évolution climatique oblige, cette espèce pourrait devenir endémique dans des villes comme Paris et Lyon.

Cette nouvelle répartition des espèces de tiques en Europe a pour conséquence l’émergence de maladies qui restaient exceptionnelles en France comme par exemple l’encéphalite à tique.

Les importations et l’accroissement des voyages de loisir sont aussi des facteurs de modification des distributions géographiques de ces acariens et de l’augmentation de leur densité et de leurs périodes d’activité. Par ailleurs cette dernière s’est aussi modifiée en s’étendant aux mois de février et mars.

Certifect agit également contre d’autres tiques que l’on rencontre à l’étranger comme Ixodes scapularis, Dermacentor variabilis, Haemaphysalis elliptica, Haemaphysalis longicornis, Amblyomma americanum et Amblyomma maculatum.

 

La synergie entre l’amitraz et le fipronil a pour conséquence une mort rapide des tiques. Avant de mourir, elles présentent des troubles de la motilité qui les empêchent d’avoir un comportement de fixation et d’engorgement normal. ©Merial

Réduire le risque de transmission de maladies par les tiques

Une fois la tique montée sur l’animal, elle ne se nourrit pas immédiatement mais chemine pendant quelques heures (2 à 4) recherchant le site idéal pour sa fixation et en testant différents sites. Des tests in vitro ont montré l’émission de phéromones d’attraction par les tiques fixées, attirant leurs congénères sur leur site de nourrissage et le partageant. Ce co-feeding favorise la dissémination d’agents pathogènes.

Les délais moyens de transmission de maladies vectorielles sont variables en fonction de l’agent pathogène :

–       quelques minutes pour les virus.

–       12 à 36 h pour Anaplasma sp. Et Erhlichia sp.

–       24-48h pour Borrelia sp.

–       quelques jours pour les protozoaires car ceux-ci nécessitent une période de maturation du parasite dans les glandes salivaires de la tique.

Autre risque pathogène, l’ingestion de la tique et la contamination par Hepatozoon canis ou à partir de déjection de tiques porteuses de coxielles ou de certaines rickettsies. D’autres études rapportent que les tiques pourraient être les vecteurs d’autres maladies comme la filariose chez le chien et la bartonellose chez le chat et le chien.

Un APE contre les tiques doit donc agir vite, fort et longtemps, pour réduire au maximum toute transmission d’agents pathogènes.

 


Une solution de lutte intégrée contre les puces

Certifect possède les atouts de la lutte intégrée contre les puces avec ses composants bien connus, le fipronil et un régulateur de croissance, le (S)-méthoprène. « Cette solution de lutte intégrée est primordiale. En effet une étude a montré que le taux de traitement actuel contre les puces reste faible et l’observance mal respectée avec trois traitements par animal et par an en moyenne », souligne le laboratoire.

La prévalence annuelle du nombre d’animaux infestés par les puces serait passée de 4 à environ 15 % pour le chien en 2011 et de 15 à 20 % pour le chat.

Ces puces sont des vecteurs  de Dipylidium caninum et de zoonoses bactériennes : 10 % des puces sont porteuses de bartonelles dont Bartonella henselae, mais aussi d’autres bartonelles : B. clarridgeaiae et B. vinsonii seraient impliquées dans des myocardites et hépatites chez les carnivores et l’homme.

 

Une application en spot-on mensuelle

Certifect est indiqué chez le chien dès l’âge de 8 semaines et de 2 kg de poids. Il est sans danger pour les femelles gestantes et allaitantes. La pipette s’applique en deux points à la base du cou et le produit se stocke dans les glandes sébacées pour être ensuite relargué. Les chiens ne doivent pas être lavés 48 heures après l’application. Si les bains et les immersions hebdomadaires n’ont pas d’effet sur la rémanence du produit, l’utilisation réitérée de shampoing requiert une nouvelle application.

Certifect est disponible en boites de trois pipettes au format S (2 à 10 kg), M (10 à 20 kg), L (20 à 40 kg) et XL (40 à 60 kg).

 

Pipette certifect ©Merial

La pipette double cavité

L’utilisation de trois molécules a nécessité la création d’une pipette à double cavité séparant le fipronil et le (S)-méthoprène d’une part, et l’amitraz de l’autre. Les deux cavités sont séparées par une paroi développée spécifiquement. « Cette innovation garantit l’efficacité, la stabilité et la sécurité d’ouverture. La forme en goutte d’eau et le film souple de cette nouvelle pipette facilitent l’application sur le chien. La transparence de la pipette permet de vérifier que l’intégralité du contenu a été déposée sur le chien », précise Merial.

 

 

Les APE, un potentiel à exploiter

Les APE constituent hors aliments 50 % des ventes de médicaments au comptoir et offrent un potentiel de croissance pour l’activité vétérinaire.  Or, aujourd’hui en France les propriétaires traitent en moyenne leur animal 3 mois par an ce qui reste inférieur à d’autres pays européens comme l’Angleterre ou l’Espagne, qui sont respectivement en moyenne à 4.2 et 4.4 doses. « Les APE sont une mine à exploiter pour le vétérinaire car le potentiel est encore important », souligne Agnès Vidal, Reponsable marketing gamme APE animaux de compagnie chez Merial.

 

La relation de confiance vétérinaire / client, première raison d’achat d’un APE

D’après une étude Merial IPSOS datant de 2009, à la question « Pour quelles raisons utiliserez-vous un APE plutôt qu’un autre ? Donnez les 5 principales raisons :

1ère raison : achat récurrent après une prescription vétérinaire

2ème raison : utilisation satisfaisante dans le passé

3ème raison : confiance dans la marque du produit

4ème raison : première prescription par un vétérinaire

5ème raison : disponibilité du produit

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici